Négo intéressement : la politique du moins s'éternise

Rédigé le 15/06/2021


Depuis sa nomination à l’automne dernier, le nouveau directoire est entré en guerre contre la masse salariale des agents RTE. Chaque occasion est bonne pour nous rappeler son engagement vertueux dans la politique des moins,  y compris la négociation en cours sur l'intéressement.

Chronique des moins :

La « négociation » mesures salariales, menée en décembre 2020, n’a pas permis d’aboutir à un accord. Les 4 organisations syndicales ont dénoncé unanimement la proposition faite. Le directoire a décidé unilatéralement de limiter le taux d’avancement à 43%, soit 6 points de moins que l’accord 2019…

Résultat : du moins.

Même si l’évolution du SNB (Salaire National de Base)  se décide au niveau de la branche, son évolution, comparable à celle des dernières années, a été de 0,2%. On est loin de la compensation de l’inflation, à peine de quoi s’offrir un croissant beurre...

Résultat : encore du moins.

Côté accompagnement du télétravail, là c’est clair : 0 € !   

Résultat : dans la mesure où il n’y a rien, il ne peut pas y avoir de moins...

Pour la RIP, en dehors d’une répartition toujours aussi nébuleuse, l’enveloppe globale ramenée à l’effectif est en baisse.

Résultat : toujours du moins.

Dans le cadre de la négociation qui se mène actuellement pour tenter d’aboutir à un accord d’intéressement pour la période 2021-2024, le directoire réaffirme seul face à tous sa volonté de diminuer l’enveloppe qui est consacrée à l’intéressement et à l’abondement. Concrètement, pour la plupart des agents, la proposition conduit à une baisse de l'ordre de 700 €  pour ceux qui placent leur intéressement et qui réalisent des placements volontaires sur le PEG/PERCO...

Résultat : encore et toujours du moins...

Bilan : les moins s’ajoutent aux moins... Sommes-nous trop payés ??? 

Le directoire affiche un ambitieux projet d’entreprise, mais difficile dans ces conditions d’obtenir PLUS de motivation des agents...